Le Service national Universel (SNU) : contribuer à former des citoyens au service de la cohésion nationale

Mercredi 14 février 2018, les députées Emilie Guérel  (LaREM) et Marianne Dubois (LR) ont présenté leur rapport d’information sur le service national universel (SNU) devant la commission de la défense nationale et des forces armées. Ce chantier emblématique est une promesse de campagne du Président de la République.

image 3

Lancement de la promotion des cadets de la gendarmerie. un exemple de partenariat  Education Nationale / Gendarmerie

Un service national universel obligatoire, incitatif et attractif

La réforme du service national universel mis en place en remplacement du service militaire en 1997, se heurte à deux mythes : d’une part, à la dimension intégratrice du service militaire et d’autre part, au désengagement citoyen des jeunes. C’est ignorer la mauvaise perception du service national militaire depuis les années 1980, vu comme une contrainte dans les parcours de vie des jeunes adultes, ainsi que le fort engagement de la jeunesse française. En effet, 25% de celle-ci porte un engagement, soit 200.000 jeunes.

L’objectif de cette réforme du SNU est de gommer les faiblesses du dispositif précédant, afin de contribuer à former des citoyens au service de la cohésion nationale.

En effet, selon Emmanuel Macron, «il ne s’agit pas de réinventer le service militaire», il s’agit de donner « à la jeunesse de France des causes à défendre, des combats à mener dans les domaines social, environnemental, culturel » (Vœux aux forces vives, 30/01/2018), faire naître un engagement et un sentiment d’appartenance forts dans le but de former les citoyens de demain.

images-3Ce service universel sera obligatoire, et la Commission de la Défense Nationale à majoritairement recommandée la mise en place d’ un parcours citoyen en 3 étapes. A l’issue d’une quarantaine d’auditions menées, les co-rapporteures du texte ont émis plusieurs propositions autour d’un service national universel en trois phases et prend la forme d’un parcours citoyen :

  • Pour la classe d’âge des 11-16 ans: Le SNU s’appuiera sur l’école et son universalité. Une première semaine annuelle de la défense et de la citoyenneté sera organisée et consacrée tout les ans à la même période. Les collégiens de la 6ème à la 3ème y participeront autour d’un apprentissage de la défense et de la citoyenneté.
  • Pour les élèves de 16 ans : À l’âge de 16 ans, une semaine en internat ou en immersion pourra être proposée, à l’issue de laquelle un passeport de défense et de citoyenneté sera délivré lors d’une cérémonie publique.
  • Pour la classe d’âge des 16-25 ans : L’engagement citoyen sera encouragé avec le développement des dispositifs accessibles dès 16 ans (préparations militaires et garde nationale, service civique, jeunes sapeurs-pompiers, engagement associatif, etc.). Les jeunes qui poursuivent cet engagement auront des accès privilégiés à certaines formations et des droits, notamment en formation et verront leur implication valorisée et renforcée dans leur parcours étudiant et professionnel (par exemple, les compétences issues de leur SNU seront mises en valeur dans l’accès à la fonction publique).

image 2Par ailleurs, le dispositif des cadets de la République sera valorisé et renforcé et deviendra un complément du parcours de citoyenneté.

Un groupe de travail a été mis en place pour déterminer plus précisément les modalités du service national universel, il rendra ses conclusions fin avril.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.