Loi de programmation militaire #LPM : priorité aux soldats et à l’innovation

Par |2018-02-09T19:09:39+00:008 février 2018|défense nationale, Europe, industrie, Travail parlementaire|2 Commentaires
Parly COMDEF

Audition de Florence Parly, ministre des armées par la commission de la défense nationale et des forces armées (08/02/2018)

Cet après-midi, Florence Parly, ministre des Armées présente la loi de programmation militaire ou LPM pour 2019-2025 à la commission de la défense nationale et des forces armées dont je fais partie. L’objectif affirmé est de faire de la France la première armée d’Europe, afin qu’elle puisse poursuivre son ambition de devenir une figure de proue de la construction de l’autonomie stratégique européenne. F. Parly : Parce qu’ « une défense forte, c’est l’assurance de notre sécurité, et de notre liberté . Il faut  combler les carences du passé, et bâtir des armées modernes, durables, et protectrices ». Cette LPM inverse la tendance baissière des 30 dernières années, prévoit la création de 6 000 nouveaux postes d’ici 2025 ».

Cette « LPM de renouveau » s’inscrit dans la perspective d’un « outil de défense complet, équilibré, flexible et résilient » à l’horizon 2030, avec 4 axes :

– Un projet de loi « à hauteur d’homme », conçu d’abord pour les personnels et leur famille, en garantissant des engagements soutenables et durables (augmentation des effectifs, entretien des matériels, conditions de vie des soldats). « C’est la fin des belles intentions remises à plus tard ».

– Une projet de loi « qui prépare et qui répare », par le renouvellement de nos capacités opérationnelles (modernisation, renouvellement ou accélération de la livraison des équipements), pour garantir des conditions de vie et d’exercice améliorées.

– L’engagement ferme de garantir notre autonomie stratégique, avec des investissements en priorité dans le renseignement et la cyberdéfense. Le projet de loi ouvre aussi la voie « pour bâtir une autonomie stratégique commune » à l’échelle européenne.

A quoi sert une loi de programmation militaire ?

Cette loi a pour objectif de définir de manière pluriannuelle les dépenses militaires de l’Etat pour le quinquennat. Le budget des Armées voté dans le cadre du projet de loi Finances (PLF) 2018 a permis de définir les montants alloués à la Défense nationale. La LPM, elle, se charge de décrire l’affectation des ressources et est l’opportunité de préciser et d’adapter la stratégie de la défense de notre Nation. Elle en définit les grandes orientations, en prenant en compte les analyses de la Revue stratégique qui se charge de la réflexion stratégique et de l’identification des menaces.

Amorcer un renouveau des armées pour répondre aux menaces

En tant que porte-parole LaREM du budget de la discussion budgétaire « Défense » dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances 2018, j’ai soutenu dans l’Hémicycle la remontée en puissance inédite du budget de la défense (+1.8Md€). D’ici 2025, le budget de la Défense correspondra à 2% du PIB (contre 1,7% actuellement). Cette remontée budgétaire va permettre d’amorcer un renouveau de nos armées, aussi bien sur le plan de l’équipement que sur le plan humain. L’objectif c’est de créer un « outil de défense complet, équilibré, flexible et résilient » (Florence Parly, CP, 08/02/2018).

budget déf

Porter les industries de défense, clé de notre autonomie stratégique

Désigné aujourd’hui référent du volet BITD (base industrielle et technologique de défense) dans le cadre de l’examen de la LPM, je suis en charge de surveiller que les opportunités de développement de nos industries de défense seront bien préservées. En effet, le BITD rassemble les entreprises industrielles et technologiques qui permettent aux armées de conduire leurs opérations et correspond à un tissu industriel de 27.000 entreprises représentant 200.000 salariés directs ou indirects. Mon objectif sera de les soutenir à travers cette LPM afin qu’ils puissent garantir l’efficacité opérationnelle de nos armées sur le terrain et rester compétitifs à l’export. Ce soutien passe par un meilleur investissement afin de pouvoir financer les innovations de rupture, et éviter que les entreprises en pointe sur les secteurs stratégiques et porteurs ne soient rachetées par des puissances étrangères, il en va de notre souveraineté.

Quelques mesures phares :

  • 39,6 milliards de budget annuel
  • +7,4 milliards par an par rapport à la période 2014-2018
  • 6.000 créations de postes civils et militaires supplémentaires
  • 112,5 milliards consacrés aux équipements sur la période 2019-2023
  • 1 milliard d’euros par an de soutien à l’innovation
  • 1,6 milliard d’euros supplémentaires consacrés aux cyber
  • 530 milliards d’euros débloqués au profit des conditions de vie des militaires et de leurs familles
  • Lancement d’études relatives à la faisabilité de la construction d’un second porte-avion

Calendrier

  • 8 février : présentation de la LPM aux Conseil des ministres et aux membres de la commission de la défense nationale
  • 13 et 14 mars : Examen en commission de la défense du texte de la LPM. A l’occasion de cet examen, le texte sera amendé.
  • Session parlementaire du 19 mars : Examen en séance publique du texte.
  • Fin mai : le texte sera en discussion au Sénat
  • Vote définitif à l’été 2018

 

2 Comments

  1. c.belart guyon 3 mars 2018 à 21:05 - Répondre

    est ce que le projet « de service national  » est decrit dans la LPM en termes d effectifs budgetaires , de couts de fonctionnement et d investissement ? Si ce n est pas le cas d où tirera t on les ressources nécessaires à la montée en puissance de ce projet ? les armees de toute évidence ne peuvent supporter seules la gestion de ce projet … Si on envisage un financement croisé interministériel qui seront les acteurs concernés ? Des dispositifs de même nature existent déjà : SMA pour l outremer , EPID en métropole …serviront ils de socle pour la mise oeuvre du SNU ? cordialement

    • dbaichere 17 mars 2018 à 12:10 - Répondre

      bonjour, merci pour votre question. le projet de SNU n’est pas inclus dans la LPM. c’est un financement à part conforment aux engagements du Président de la République. suivant son périmètre, civil et militaire, les ministères concernés seront sollicités et financeront. et vous avez raison, de nombreux dispositifs existent déjà, il feront l’objet d’une analyse pour maintien ou abandon au profit du SNU.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :