École et confiance

La confiance est l’élément clé d’une Ecole qui fonctionne. L’Ecole de la confiance, ce sont des relations de confiance réciproque entre tous les acteurs concernés : la confiance des institutions dans les professeurs et le personnel de l’éducation nationale envers le ministre et les institutions, et une plus grande confiance des élèves eux-mêmes, dans leur avenir et dans leur capacité à se projeter dans le futur. Pour soutenir nos ambitions pour l’Éducation Nationale son budget évoluera de 49,3 milliards à autour de 50,5 Milliard d’euros.

bandeau post

La confiance est l’élément clé d’une Ecole qui fonctionne. L’Ecole de la confiance, ce sont des relations de confiance réciproque entre tous les acteurs concernés : la confiance des institutions dans les professeurs et le personnel de l’éducation nationale envers le ministre et les institutions, et une plus grande confiance des élèves eux-mêmes, dans leur avenir et dans leur capacité à se projeter dans le futur. Pour soutenir nos ambitions pour l’Éducation Nationale son budget évoluera de 49,3 milliards à autour de 50,5 Milliard d’euros. (conférence de presse du Ministre de l’Education Nationale JM Blanquer le 29 août 2017)

Dédoublement des classes de CP en REP +

Pour que l’école progresse dans sa capacité à réduire les inégalités sociales, elle doit d’abord combattre la difficulté scolaire dès l’école primaire, et apporter des mesures concrètes en faveur des plus fragiles. Conformément aux engagements du Président de la République, dès cette rentrée, environ 2 500 classes de CP situées dans les réseaux d’éducation prioritaire renforcés (Rep+) seront dédoublées. Aux rentrées suivantes, les CP et les CE1 en réseaux d’éducation prioritaire (Rep et Rep+) seront dédoublés à leur tour. L’objectif poursuivi par cette mesure est d’atteindre 100 % de réussite à la sortie du primaire, notamment grâce à la maîtrise de chaque élève des savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter, respecter autrui).

Souplesse nouvelle dans l’organisation des rythmes scolaires

La réforme des rythmes scolaires ne prenait pas en compte la diversité des situations locales, considérant que l’organisation du temps scolaire devait se traiter de manière uniforme. Elle a su  profiter à certaines collectivités, qui ont connu des résultats et des effets positifs grâce à l’application de la mesure dans leurs établissements. Dès la rentrée 2017, le Gouvernement offre la liberté aux acteurs de rendre possible l’organisation de la semaine scolaire sur 4 jours, lorsqu’il y a un consensus local. Le décret du 27 juin 2017 ne revient pas sur la réforme conduite depuis 2013, mais permet aux collectivités, si elles s’accordent, de faire une demande de dérogation.

L’assouplissement de la réforme du collège

L’objectif est d’accorder davantage de liberté et d’autonomie aux établissements aux équipes pédagogiques, qui, sur le terrain, sont les plus aptes à déterminer les besoins des élèves. Concrètement, cette mesure permet d’assouplir le cadre aujourd’hui rigide des enseignements interdisciplinaires, de renforcer l’accompagnement personnalisé des élèves, de rétablir les classes bilangues, et de créer un véritable enseignement du latin et du grec.

 

A travers cette réforme, l’objectif du Gouvernement est de faire de l’évolution du collège un outil au service de la lutte contre les inégalités. Les dispositifs initiés par les établissements scolaires tels que les classes bilangues, les sections européennes ou l’enseignement des lettres classiques ne creusent pas les inégalités et ne sont pas désuètes, bien au contraire. « C’est précisément par des dispositifs de différenciations que l’on peut aider des établissements en difficulté à se requalifier et à créer de la mixité sociale» (JM. Blanquer, Conf. de presse, 29/08/2017).

Les Devoirs faits et les stages de réussite

bandeau post 2Dès le retour des vacances de la Toussaint, le déploiement de la mesure des devoirs faits sera mise en œuvre. Le programme Devoirs faits, organisé au sein de l’établissement, permet d’améliorer la synergie entre les temps de classe et les devoirs, et accompagne les élèves dans leur réussite scolaire. Ce programme permettra de dépasser le clivage qui existe entre ceux qui considèrent que les enfants ont besoin de devoirs, et ceux qui considèrent que les devoirs à la maison sont sources d’inégalités. Par ailleurs, les élèves les plus fragiles ont la possibilité pendant l’été, s’ils le souhaitent, d’effectuer des « stages de réussite » gratuits, encadrés par les professeurs, afin qu’ils puissent bénéficier d’une rentrée dans de bonnes conditions, et de préparer leur rentrée au collège. Ce seront des stages de 15 heures, étalés sur 15 jours. « Au moment où je vous parle, 110 000 élèves sont concernés par ces stages. » (JM. Blanquer, conf de presse, 29/08/2017)

Une rentrée en musique pour marquer la place de la culture

Le Président de la République a fixé comme objectif que 100 % des élèves bénéficient d’une éducation artistique et culturelle. Chaque élève doit accéder à des connaissances, des pratiques artistiques et des rencontres avec des artistes. C’est pourquoi le Gouvernement a souhaité que la rentrée scolaire de 2017 se fasse en musique. « Les chorales mais aussi les orchestres scolaires seront au coeur de cet événement organisé en lien avec les élèves, les parents musiciens, le milieu associatif, les collectivités locales et les structures relevant du ministère de la Culture » (DP, Ministère de l’Education Nationale, 29/08/2017). La pratique musicale a des vertus éducatives très positives chez les enfants. La musique permet de libérer les enfants, de développer l’écoute et de mieux appréhender son corps. « C’est tout sauf un gadget» (JM. Blanquer, conf de presse, 29/08/2017). Par ailleurs, la culture participe à la construction d’une École de la confiance et du bien-être, qui contribue à l’acquisition par 100 % des élèves des savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter, respecter autrui). Les Ministères de l’Education Nationale et de la culture travaillent à trouver des garanties pour tous les jeunes d’un accès à une éducation artistique et culturelle de qualité, même ceux qui se trouvent dans des territoires où l’accès à la culture est difficile.

 Accompagnement des élèves en situation de handicap

L’accueil des élèves en situation de handicap est une priorité du Président de la République et du Gouvernement. C’est pourquoi les 50 000 contrats aidés initialement prévus pour les personnels d’accueil des élèves en situation de handicap sont maintenus. A ces derniers s’ajoutent 30 000 emplois aidés (22 000 AESH + 8 000 supplémentaires).

Sécurisation des établissements

La violence dans l’école doit disparaitre, au profit d’une autorité respectée du chef d’établissement, du professeur et des adultes dans le système. Une cellule de veille et d’alerte a été organisée, qui permet d’être attentifs aux phénomènes de violences aux abords de l’établissement.

Les grands chantiers prévus pour 2018

Le Gouvernement poursuivra le dédoublement des classes en REP+ au CP et au CE1.

Conformément aux engagements du Président de la République, à l’automne 2017, une concertation s’ouvrira pour faire évoluer le baccalauréat. Cette mesure renforcera le rôle important de cet examen. Elle consistera à faire passer 4 matières en contrôle terminal, les autres matières seront évaluées en contrôle continu.

Le renouvellement de la voie professionnelle est une priorité gouvernementale, afin d’en faire une formation d’excellence. Une politique d’internat sera initiée, avec une attention particulière sur les territoires ruraux.

La culture de l’évaluation sera développée, au profit d’évaluations au CP en septembre, et en 6ème en novembre.

La politique menée par le Gouvernement est une politique à la fois ambitieuse et coopérative. Elle inclut tous les acteurs du système, et se mènera en collaboration étroite avec l’ensemble des ministères concernés.

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :